Suite et fin de mon voyage,

 
 
 
Le Parc naturel régional de Brière s’étend sur les marais de Brière, nord de l’estuaire
de la Loire, en Loire-Atlantique (région Pays de la Loire) et regroupe

18 communes adhérentes :

    
 
Créé par décret interministériel le 16 octobre 1970, le Parc Naturel Régional de Brière
est l’un des plus anciens parcs régionaux français.

Situé à quelques km de l’océan Atlantique, au cœur de la presqu’île de Guérande,
il s’étend sur 49 000 ha.

La grande diversité faunistique et floristique de la Brière a justifié en 1995
l’inscription de la zone à la Convention Internationale de Ramsar (signée en 1971 en Iran).
 
Le label "Parc Naturel Régional" est attribué par le ministère de l’Aménagement
du Territoire et de l’Envrionnement, à un territoire rural avec une forte identité,

un patrimoine  naturel et culturel riche, mais dont l’équilibre est fragile et menacé.

Enfoui à la morte saison dans un manteau d’épais silence, bruissant l’été sous sa chevelure
de roseaux, d’iris et de saules, le Parc Naturel Régional de Brière constitue
le second marais de France.
 
On y trouve une zone marécageuse d’eau douce, proposant un paysage de chaumes,
de ruisseaux et d’îlots, que l’on peut découvrir à pied, en calèche ou en chalands

(barques à fond plat).

Il y a quelques trois cents millions d’années, les plissements hercyniens transformèrent
cette région en zone montagneuse. De grandes cassures donnaient à la presqu’île

guérandaise l’allure d’un escalier plongeant dans la mer.

  

Il y a cinq mille ans, l’océan envahit à nouveau cette région et condamne les forêts de
chênes qui la recouvraient. Une cuvette se colmate peu à peu et la tourbe se forme
en surface à partir de débris de plantes aquatiques et des roseaux.
Celle-ci enrobe les arbres, témoins des anciennes forêts, parfaitement conservés et
que l’on appelle ici des "mortas". Puis l’homme s’installe au pourtour de ces
immensités mouillées, tirant parti de la moindre parcelle de terre et des richesses du marais,

la pêche, la chasse, le tourbage, la coupe du roseau.

LA FAUNE
  

  

De nos jours, les mottes de tourbe ne servent plus qu’à faire griller les "pimpeneaux",
délicieuses anguilles à ventre doré. Le roseau de Brière, qui est d’excellente qualité,
est concurrencé par le chaume de Hollande, médiocre, mais bon marché. Les coupeurs

sont de moins en moins nombreux et les roselières, mal entretenues, envahissent le marais.

LA FLORE

     

  

 

 Si les marais salants m’étaient contés

Les marais salants en quelques chiffres

Il s’étendent sur une superficie de 2000 ha répartie en deux zones, l’une, autour
du Traict du Croisic (la plus vaste) qui s’étend sur les communes de Batz,
de Guérande, et de La Turballe.
L’autre zone est située au-delà du coteau guérandais et couvre 350 ha sur les
communes de Mesquer, de Saint-Molf et d’Assérac.

Classés depuis 1996, les marais salants constituent un site remarquable
du patrimoine mondial.

Aujourd’hui dans les marais salants, nous comptons environ 250 paludiers,

qui récoltent 12000 t de sel par an.

 

Si les Marais Salants m’étaient contés

Entre Vilaine et Loire, l’Atlantique a sculpté dans la
presqu’Ile guérandaise des rivages que l’homme a su façonner d’une âme bretonne.
 
Des villages secrets s’étirent par-ci par-là, dominés par l’îlot granitique du bourg de
Batz-sur-Mer tandis que, du haut de son coteau, Guérande la médiévale veille sur le pays

dont elle est la capitale : Gwen Rann, signifiant en breton : Le Pays Blanc.

Ce paysage aux milles miroirs d’eau reflète la longue tradition de ce travail
au fil du temps et de la nature…
 

Un peu d’histoire

 Bien avant la construction des marais salants, tels que nous les connaissons aujourd’hui,
une autre technique de production de sel marin existait depuis l’âge de Fer.
Cette technique consistait à récolter du sable ou de l’argile salé durant l’été et à
opérer un lessivage pour extraire une saumure très concentrée. Cette dernière était
ensuite versée dans des récipients en terre et chauffée dans des fourneaux d’argil

 jusqu’à cristallisation du sel.

La technique ignigène (c’est-à-dire par le feu) était répandue sur toute la côte armoricaine.
Cette technique a engendré une déforestation.
 
La technique actuelle d’exploitation des marais salants est antérieure au 9è siècle.
La création des salines s’est étendue sur plusieurs siècles. Vers l’an 1500, les marais
atteignaient 80 % de la surface actuelle.
Entre 1560 et 1660, grâce au développement du commerce maritime, 2500 œillets
seront construits. Les dernières salines ont été construites vers 1800. Mais un
abandon progressif commence dès le milieu du 19e siècle face à la concurrence du
sel de mine, à la baisse de consommation du sel alimentaire comme produit de
conservation et à l’amélioration des transports par voie terrestre.
 

 Les outils du paludier

 Les outils utilisés dans les marais salants ont peu changé au cours des siècles et sont
restés, pour la grande majorité, en bois.

  
Le las
Muni d’un long manche flexible de 5 mètres de long, cet outil est le plus connu,
puisqu’il sert à la récolte du gros sel.    

La lousse à fleur de sel
Traditionnellement en bois, la lousse à fleur de sel sert à cueillir la fleur de sel à

la surface des œillets. Il existe désormais des lousses plus élaborées à partir de
matériaux modernes de qualité alimentaire.    

La brouette
Elle est utilisée pour transporter le sel des ladures au trémet. Elle a remplacé au tout

début des années 50 la gède, récipient de bois que les femmes portaient en équilibre
sur leur tête avec un coussinet de toile enroulée, la torche. Les brouettes
peuvent contenir de 120 à 150Kg de sel.    

La lousse à ponter
La lousse à ponter, comparable à la lousse à fleur de sel, se différencie par un manche plus

court et plus gros. Elle est utilisée pour la réfection annuelle des ponts.   

Le rateau à limu
Il sert à ratisser les algues vertes.   

La cesse (en bois)
La cesse est une grande écope à bras qui sert à pomper l’eau ou à jeter la vase liquide.    

La boyette (ou houlette) (en tôle d’acier)
C’est la pelle du paludier utilisée pour certains travaux d’entretien des marais salants.    

Le boutoué (en bois)
De forme similaire à celle du las, il sert pour repousser la vase dans les fards et

dans les œillets avant la récolte, afin d’assurer une grande propreté des fonds. 
 

     

 

Publicités

9 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. mireille
    Avr 06, 2010 @ 09:33:52

    hulaaaaaaaaaaaa mais il est tellement ongque je reviendrais le lire!!mais tu sais moi,mdr entre mon pett concour et mes engeuledes avec un de mes contacts ,pas eu le temps!!!!alors excuse moi et moi,je te fais des gros bisoussssssssssssset j\’espere qu\’elles sont alles vor ton billet!!si elles ont pu entrer!!!bonne journee

    Réponse

  2. Guyonne
    Avr 06, 2010 @ 11:05:31

    desolee j ai un peu zappe les blogs il est franchement super ton billet et tes photos aussi on reconnait et apprend pleins de choses sur cette region que je connais mais tu m en as appris pas mal bon la je vais a la gare pour pouvoir changer mon billet because greve demain bisous a vendredi

    Réponse

  3. Gil
    Avr 06, 2010 @ 15:43:46

    Kikou … ça y est je passe lire ce merveilleux billet !MILLE EXCUSES ma tite Chanchan …. mais c\’est vrai qu\’avec ces Pâques et tout ce chocolatpartout , miam ! miam …. on avait un peu zapper les billets des copi\’net !Il est SUPER beau , bien commenté , de belles photos et c\’est vrai que c\’est un coin de France que je ne connais pas , mais aprés l\’avoir lu , ça donne envie d\’y aller !Les marais sallants , ça c\’est quelque chose que j\’aimerai voir . enfin tout à l\’air super beau , je pense que tu as été enchanter de ton séjour sur ces Côtes d\’Amour !J\’espère que tu as passé un bon week-end de Pâques ,moi ça était aussi . Je te fais un gros bisou

    Réponse

  4. ✿ ЦΝ乇 G尺乇ΝѺЦƖȽȽ乇 ΝѺΜΜ乇乇
    Avr 07, 2010 @ 18:33:03

    hA ben mince….j\’ai eu un message d\’erreur et je te l\’ai copié sur ton dernier billet et en cliquant dessus j\’ai pu accéder ici! Quelle pagaille avec WLM!

    Réponse

  5. ✿ ЦΝ乇 G尺乇ΝѺЦƖȽȽ乇 ΝѺΜΜ乇乇
    Avr 07, 2010 @ 18:41:36

    Dis donc…..tu as eu raison de râler car tu t\’es donnée beaucoup de mal pour faire ce billet, toutes les recherches et toutes les photos! C\’est super bien fait et on en apprend des choses! La fleur de sel….pourquoi c\’est si cher? Je n\’achète que du beurre demi-sel mais les caramels au sel, je ne connaissais pas!!! J\’aime le style des maisons normandes aux toits de chaume….Ca donne un cachet suplémentaire à cette magnifique région! Quel régal et qelle chance d\’avoir vu de tels paysages….si bien racontés!Bisouilles Chantal et bonne fin de semaine!

    Réponse

  6. GEIS CHAT
    Avr 08, 2010 @ 17:47:40

    bonjour,Joli billet, comme le précédent avec de supers commentaires – Elles sont bien drôles les mottes de…paille !!Les marais salants, j\’aimbe bien j\’en avais vu à l\’ïle de Ré et en Vendée aussi !bonne fin de semaine

    Réponse

  7. MANIK
    Avr 10, 2010 @ 21:33:39

    Mais il; serait dommage de pas lire un billet aussi detaillé et illusté et aussi te dire merçi pour la carte que j\’ai, trouvé hier en rentrant bisous ma douce et j\’espere que ta journée avec Nini et Guyonne a eté superAbientot bon dimanche http://www.hiboox.fr/go/images/humour/les-copine-nini-chanchan-nad,13d0e41c4eae8b9a3320b4fcd56ffb71.jpg.html

    Réponse

  8. Annie
    Avr 12, 2010 @ 06:18:44

    bonjour Chantalenfin j\’arrive à mettre un com ici mais ce matin j\’ai de plus en plus de mal quand même à me connecter, faut de la patience, en une heure j\’arrive à "visiter" cinq blogs environ pas pluston billet est magnifique, les photos sont superbes, j\’adore les chaumières et le coin semble très beau…Jm\’étais toujours demandée comment on pouvait récolter le sel c\’est étonnant…- j\’aime pas trop les caramels au beurre salé…-Es-tu bien rentrée hier , pas trop fatiguée avec les péripéties dues à Fripouille ?Bon lundi chantal gros bisous

    Réponse

  9. Carole
    Avr 12, 2010 @ 13:46:53

    Bjr ChanchanQue ce parc régional de la Brière est immense ! il faut continuer à préserver tous ces beaux espaces naturels, il n\’y en a pas encore suffisamment … bisous et bonne semaine

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :